AccueilÉtats Généraux de l’Alimentation // ATELIER 12

États Généraux de l’Alimentation // ATELIER 12

L’atelier n°12 des États Généraux de l’Alimentation porte sur la thématique : « Une alimentation saine, sûre, et accessible à tous ? »

 

Cet atelier est découpé en 4 réunions :

> Jeudi 5 octobre 2017

> Jeudi 12 octobre 2017

> Mardi 7 novembre 2017

> Mercredi 15 novembre 2017

Les représentants de l'ANIA

  • Sylvie Chartron, public Affairs Human Health and Nutrition Manager MARS CHOCOLATE EUROPE & EURASIA

Ce qu'en pense l'ANIA

La réussite de la  lutte contre l’insécurité alimentaire repose sur un travail collectif de toute la filière alimentaire et d’une grande diversité d’acteurs (national, régional ou local, associations, Etat, collectivités territoriales).

 

> L’aide alimentaire doit apporter des réponses sur l’ensemble de la problématique, de la réponse d’urgence à l’insertion durable. La fourniture de repas gratuits aux plus démunis permet de porter secours et constitue une passerelle, une porte d’entrée vers l’inclusion sociale.

 

Mieux répondre aux besoins des personnes en situation d’insécurité alimentaire avec des outils permettant de rendre compte des disparités socio-économiques en matière d’apports alimentaires et nutritionnels.

 

> Dons alimentaires : Communiquer et améliorer les connaissances des publics cibles sur les actions existantes et pour les IAA sur les modalités d’actions.

Chiffres clés

> Alors qu’1 milliard de personnes souffrent encore de la faim aujourd’hui, la population mondiale va passer de 7,5 milliards d’êtres humains à 9 milliards en 2050. On estime qu’il faudra accroître la production agroalimentaire de 70%. Les besoins en protéines vont augmenter de 40% dans les deux prochaines décennies.

 

> En France, 8 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire, 31 % des français « bouclent juste » leur budget tous les mois, déclarant manquer en moyenne de 464€ chaque mois pour vivre confortablement, selon une enquête CSA réalisée pour Cofidis en 2016.

 

> 4,8 millions de personnes bénéficient d’une aide alimentaire en France (selon l’enquête IFOP 2016 menée, tous les deux ans, pour les Banques alimentaires)

  • chiffre en hausse régulière de 2 % à 3 % par an
  • 70 % des bénéficiaires sont des femmes
  • 80 % sont des inactifs
  • chômeurs (34%), hommes ou femmes au foyer (15 %), retraités (12 %), handicapés ou malades (8%).
  • Quant aux 20 % qui ont un emploi, ce dernier est souvent précaire. Il y a aussi beaucoup de familles monoparentales (33 %) et de personnes seules (31 %).
  • L’aide alimentaire équivaut à 92 euros par mois, un montant significatif en regard d’un revenu moyen de 800 euros.

 

> Origine des denrées collectées en 2016 : 39% des distributeurs, GMS et grossistes, 25,5% des producteurs agricoles et des industriels de l’agro-alimentaire, 23,5% de l’Union Européenne (FEAD) et de l’État (CNES).  Cette contribution des 1 200 industriels des filières agroalimentaires est en croissance : +7% en volume avec 15 000 tonnes de denrées données en 2016. Objectif en 2017 : développer les apports en protéines et fruits et légumes qui manquent pour satisfaire l’équilibre nutritionnel recherché. Le soutien de nombreuses entreprises a fortement augmenté : Mc Cain, Groupe Bongrain, Groupe CECAB, Groupe LDC, Groupe Novandie Andros, Jacquet-Brossard, Lactalis, Materne Mont-Blanc, Mondelez, Sodiaal – Source banque alimentaire

 

> Depuis 2016, la loi Garot oblige les magasins de plus de 400 m2 à donner à une association leurs invendus.

Les documents ressources

Un projet développé par l’ANIA et son réseau en lien avec cette thématique :