Note de conjoncture économique n°84 d’octobre 2017

 

En raison des Etats Généraux de l’Alimentation qui se déroulent actuellement, cette note de conjoncture traite en particulier du sujet de la meilleure rémunération de l’ensemble des acteurs au bénéfice de la compétitivité économique de la filière.

Restez informé ! Choisissez votre newsletter


Auteur

Stéphane Dahmani

Stéphane Dahmani

Directeur Economie

Au sein du département économie et compétitivité, Stéphane DAHMANI suit les dossiers relatifs à l’économie et la compétitivité du secteur agroalimentaire.

Son rôle est de représenter l’ANIA dans différentes instances (MEDEF…) et auprès des Pouvoirs Publics et d’apporter son expertise aux commissions, groupes de travail et services de l’ANIA. Ses principales fonctions sont d’assurer le suivi d’indicateurs économiques et de panel et la production d’une veille sur le secteur agroalimentaire. Il participe également à la rédaction de notes de conjoncture, de positions et d’argumentaires sur le secteur, dont il assure la synthèse et la diffusion auprès de nos différents adhérents (fédérations, entreprises).

Auparavant il était Economiste pendant 5 ans à la Direction Générale du Trésor. Il a notamment eu en charge, pendant 4 ans, la réalisation de prévisions macroéconomiques (Inflation, Consommation des ménages et Croissance) au sein du service des Politiques macroéconomiques et des affaires européennes (SPMAE) de Bercy. Plus récemment, il était le responsable du suivi des entreprises françaises (situation économique et financière) et rapporteur au sein de l’Observatoire du financement des entreprises, auprès de la Médiation du crédit.

Tous les articles
Calendrier des événements
« novembre 2017 » loading...
L M M J V S D
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
1
2
3

Le lancement des Etats Généraux de l’Alimentation le 20 juillet 2017 par le Président de la République est un des évènements fondateurs de la législation qui s’annonce. Alors que les négociations annuelles dans la grande distribution s’ouvrent dans quelques semaines, il apparaît désormais nécessaire à tous de réformer la filière alimentaire française, fragilisée par 4 années consécutives de déflation liée à la guerre des prix et des promotions à laquelle se livrent quelques enseignes de la distribution.

 

Pour les filières alimentaires, compétitivité, rentabilité, environnement et qualité pourraient être conciliés, au moyen notamment d’une réorientation importante des politiques économiques.

 

Parmi les principaux enseignements et conclusions des EGA, nous pourrons citer que :

 

1.  La volatilité des marchés et une pression sur les tarifs grève la rentabilité des agriculteurs et des industriels, sans qu’aucune politique publique ou instrument de régulation ne soit réellement efficient à date.

 

2. L’adéquation entre l’offre des industriels et la demande des consommateurs est à renforcer.

 

3. La création de valeur passe par un renforcement des conditions de compétitivité, dans un cadre mondial devenu de plus en plus exigeant et concurrentiel.

 

4. Il est nécessaire de conduire une modernisation des outils et techniques de production, favorable à une différenciation des produits, que le consommateur réclame.