[EGAlim] Point de conjoncture

Un an après le lancement des Etats Généraux de l’Alimentation, débouchant sur la mise en œuvre de plans de filière et de la loi EGALIM, et à l’aube des prochaines négociations 2019 qui seront cruciales pour le secteur alimentaire, l’ANIA publie ce mois ci un point de conjoncture transversal du secteur alimentaire.

Restez informé ! Choisissez votre newsletter


Auteur

Stéphane Dahmani

Stéphane Dahmani

Directeur Economie

Au sein du département économie et compétitivité, Stéphane DAHMANI suit les dossiers relatifs à l’économie et la compétitivité du secteur agroalimentaire.

Son rôle est de représenter l’ANIA dans différentes instances (MEDEF…) et auprès des Pouvoirs Publics et d’apporter son expertise aux commissions, groupes de travail et services de l’ANIA. Ses principales fonctions sont d’assurer le suivi d’indicateurs économiques et de panel et la production d’une veille sur le secteur agroalimentaire. Il participe également à la rédaction de notes de conjoncture, de positions et d’argumentaires sur le secteur, dont il assure la synthèse et la diffusion auprès de nos différents adhérents (fédérations, entreprises).

Auparavant il était Economiste pendant 5 ans à la Direction Générale du Trésor. Il a notamment eu en charge, pendant 4 ans, la réalisation de prévisions macroéconomiques (Inflation, Consommation des ménages et Croissance) au sein du service des Politiques macroéconomiques et des affaires européennes (SPMAE) de Bercy. Plus récemment, il était le responsable du suivi des entreprises françaises (situation économique et financière) et rapporteur au sein de l’Observatoire du financement des entreprises, auprès de la Médiation du crédit.

Tous les articles
La filière alimentaire subit notamment une destruction de valeur sans précédent (plus de 4 Md€ sur les 4 dernières années) qui a lourdement affecté les marges des industries alimentaires, qui s’inscrivent désormais à un plus bas niveau historique. Dans ce contexte, la production et l’investissement des entreprises se sont effrités tandis que la consommation des ménages à cédé, pour la 1ère fois depuis 2008.
La filière alimentaire ne pourra se moderniser, investir et innover en France qu’à la condition de récréer de la valeur. Pour ce faire, il convient de mettre fin à la guerre des prix, destructrice de valeur depuis de trop nombreuses années. Au-delà, les freins qui brident la compétitivité de nos entreprises (sur-réglementation, fiscalité), particulièrement dans notre environnement européen, doivent être levés.
Retrouvez ci-dessous au téléchargement notre point de conjoncture ainsi qu’une présentation économique diffusée au ministère de l’économie.