ania

[COP 21] Zoom sur 5 bonnes pratiques d’industries alimentaires

Les entreprises agroalimentaires mènent au quotidien des actions pour lutter contre le changement climatique. Zoom sur 5 bonnes pratiques.

Restez informé ! Choisissez votre newsletter


Auteur

Carole Fonta

Carole Fonta

Directeur développement durable

Au sein de l’ANIA, Carole Fonta a pour mission d’animer la Commission Développement Durable et ses groupes de travail, avec pour objectifs de valoriser les bonnes pratiques des entreprises, permettre à tous de progresser en favorisant les échanges et l’expertise collective tout en soutenant la compétitivité des entreprises. Elle anime également le bureau développement durable de l’ANIA, qui a vocation à définir les orientations stratégiques de l’ANIA sur l’ensemble des sujets ayant trait à l’environnement et au développement durable.

Auparavant, elle a occupé pendant 7 ans les fonctions de responsable développement durable puis de secrétaire générale en charge du développement durable au sein de l’ADEPALE (Association des entreprises de produits alimentaires élaborés).

Tous les articles

Ces actions se dessinent autour de 5 axes stratégiques :

AGIR SUR LES APPROVISIONNEMENTS

Mondelez International : la filière blé LU’HARMONY toujours plus respectueuse de l’environnement

Créé en 2008, la filière blé LU’HARMONY a installé un partenariat durable avec l’ensemble des acteurs de la filière pour cultiver le blé selon des pratiques agricoles toujours plus respectueuses de l’environnement, de la biodiversité locale et au service de la qualité des biscuits. La démarche LU’Harmony repose sur un partenariat avec des agriculteurs sélectionnés en France le plus près possible des sites de fabrication et sur la création d’une Charte LU’Harmony qui définit 51 bonnes pratiques agricoles. Cette démarche, qui portait à l’origine sur la marque Petit LU, représente aujourd’hui plus de 95% du portefeuille de la marque LU vendue en France et 75% en Europe. La filière LU’HARMONY implique plus de 1700 agriculteurs et permet de réduire de 22% l’utilisation de produits phytosanitaires (par rapport à 2008) sur près de 26000 hectares cultivés.

 

Le groupe Mondelez International s’est par ailleurs engagé à réduire ses émissions de CO2 liées au procédé de fabrication de 15% d’ici 2020, soit une réduction d’environ 240 000 T par an.

UTILISER EFFICACEMENT L’ÉNERGIE

L’atelier de l’Argoat utilise les graisses animales comme biocombustible 

L’Atelier de l’Argoat, entreprise bretonne spécialisée dans la fabrication artisanale d’andouilles, a développé en 2008, un projet innovant qui consiste à faire fonctionner leur chaudière grâce à la combustion des graisses animales issues de la production des andouilles et permet à l’Atelier de l’Argoat de réduire de 60 % sa consommation en gaz et de 25 % sa consommation électrique. Au-delà de ce projet innovant, l’ensemble des actions de l’Atelier de l’Argoat lui ont permis de diminuer ses émissions de CO2 de 43% entre 2008 et 2010.

GÉRER LES EMBALLAGES ET LEUR FIN DE VIE

Syndicat National des Boissons Rafraîchissantes (SNBR) : un engagement collectif pour alléger les emballages et intégrer davantage de PET recyclé

Le SNBR regroupe les principaux acteurs du marché français des Boissons Rafraîchissantes Sans Alcool. Dans le cadre d’un accord collectif signé avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire en octobre 2014, les entreprises membres du SNBR se sont engagées à intégrer au moins 25% de matière plastique recyclée dans la fabrication de leurs emballages, ce qui équivaut à une réduction des émissions de CO2 de 20 % pour chaque litre de boisson produite. Afin de participer à l’atteinte de l’objectif de 75% de taux de recyclage fixé par le gouvernement et inciter le consommateur au geste de tri, les entreprises adhérentes du SNBR se sont également engagées à mettre en place des pictogrammes explicites, tels que ceux proposés par Eco Emballages dans le cadre de l’Info-tri point vert, sur l’ensemble de leurs emballages.

OPTIMISER LA LOGISTIQUE ET LE TRANSPORT

FRIAA PACA : Un programme d’accompagnement collectif à la mutualisation logistique

En 2016, la FRIAA (Fédération Régionale des Industries Agro-alimentaires en Provence Alpes Côte d’Azur) va mener une action collective de mutualisation logistique au niveau régional entre plusieurs entreprises agroalimentaires. Un pool de 8 à 10 entreprises régionales sera constitué dans un périmètre géographique de 50 km. L’objectif de l’action collective est d’identifier et de mettre en place une ou plusieurs solutions de mutualisation logistique dans une logique de développement durable, en quantifiant les gains de rentabilité et la réduction des émissions de CO2.

LUTTER CONTRE LES PERTES ET LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Lesieur développe un bouchon « anti-gaspillage »

Depuis longtemps, les activités d’innovation produit et de production industrielle de Lesieur prennent en considération les enjeux du développement durable relatifs à la protection de l’environnement et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. À travers ses innovations packaging, Lesieur tente de répondre à des problématiques globales, telles que le gaspillage alimentaire. La gamme de produits Stop Goutte et son bouchon doseur permet un usage pratique pour un dosage maîtrisé. Dans la même approche, les produits distribués en petit format (50 cl) sont plus adaptés à certains consommateurs et évitent de gaspiller.