Bisphenol A : Application de la loi au 1er janvier 2015

Les entreprises agroalimentaires sont au rendez-vous de la substitution du Bisphenol A dans les conditionnements, contenants ou ustensiles en contact avec les denrées alimentaires.

Restez informé ! choisissez votre newsletter


Auteur

Muriel Slawyk

Muriel Slawyk

Responsable qualité

Au sein de l’équipe alimentation santé de l’ANIA, Muriel Slawyk a pour mission de coordonner les actions du secteur pour répondre aux enjeux en matière de sécurité des aliments.

Auparavant, elle a travaillé au sein de la Direction Qualité de Métro Cash & Carry puis a occupé le poste de responsable des affaires scientifiques et réglementaires au sein du syndicat des surgelés et des glaces.

Tous les articles

Mini-sondage

Saviez-vous que 98% des industries alimentaires sont des TPE-PME ?

Oui

Non

Vrai-Faux

L’industrie agroalimentaire française est la plus importante du pays par le chiffre d’affaires

L’industrie alimentaire française, avec ses fournisseurs, s’est engagée dans un processus de substitution de tous les emballages fabriqués à partir de bisphénol A au contact direct des denrées alimentaires.
« La recherche pragmatique de solutions adaptées à chaque produit est essentielle pour assurer la sécurité du consommateur. Notre secteur a fait preuve, collectivement, de sa capacité d’innovation dans un délai extrêmement court au vu du défi technologique et technique complexe que la substitution du BPA s’est révélée être » déclare Jean-Philippe Girard, président de l’ANIA.
Un processus de recherche et développement a été mis en œuvre avec les fournisseurs d’emballages de l’industrie alimentaire. L’enjeu était de s’assurer que tous les nouveaux substituts remplissent toutes les garanties de sécurité pour le consommateur. En effet, l’adoption prématurée d’une solution de remplacement qui n’a pas fait pleinement ses preuves entraînerait une prise de risque inacceptable pour l’intégrité et la sécurité des produits, et donc des consommateurs.
Plus concrètement, la recherche de nouveaux vernis permettant de remplacer les vernis époxy (fabriqués à partir de bisphénol A) a nécessité de longs mois d’investigation, d’analyses, de tests réalisés tout au long de la durée de vie des produits. Les premiers essais ont très vite montré qu’il n’existait pas un substitut universel aux résines époxy, c’est-à-dire adapté à toutes les denrées alimentaires. Ainsi, plusieurs familles de vernis alternatives ont dû être expérimentées. Chaque vernis a suivi plusieurs étapes de validation pour garantir son innocuité pour les consommateurs.
En ce qui concerne les produits alimentaires français, des solutions de substitution des emballages ont pu être trouvées. L’industrie alimentaire (hors cas très spécifiques) est donc prête pour une application de la loi au 1er janvier 2015.

Le Rapport du gouvernement au Parlement relatif aux substituts au Bisphénol A pour ses applications industrielles met en évidence la forte mobilisation de l’industrie et présente l’avancement des démarches en fonction des usages de cette substance.

Rapport disponible sur le site du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie en cliquant ici.