[ÉVÉNEMENT] Petites entreprises, grands impacts

L’ANIA a organisé, le 17 octobre dernier, à l’Assemblée Nationale un événement dédié aux PME et ETI alimentaires intitulé Petites Entreprises, Grands Impacts.

Mots Clés

Restez informé ! Choisissez votre newsletter


Auteur

ANIA

ANIA

Redacteur

Ceci est notre biographie

Tous les articles

L’événement, placé sous le haut-patronage d’Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, a réuni un public très large de parlementaires dont Grégory Besson-Moreau (LREM – Aube), Sophie Primas (LR – Yvelines) Frédéric Descrozaille (LREM – Val-de-Marne), Jean-Baptiste Moreau (LREM – Creuse), Marie Lebec (LREM – Yvelines), des représentants du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, de la Direction Agroalimentaire du Crédit Agricole, de Business France, de syndicats métiers, de journalistes, autour de PME et ETI alimentaires.

 

À cette occasion, Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Agnès Pannier-Runacher, et Xavier Bertrand, Président de la Région des Hauts-de-France, ont rappelé dans des messages vidéo l’importance économique, sociétale, alimentaire mais aussi patrimoniale des petites et moyennes entreprises agroalimentaires en France, et notamment pour les territoires.

 

Cette matinée d’échanges et de débats, organisée autour de témoignages de terrain, s’est articulée autour de 3 grands axes principaux :
La force des PME pour les territoires, leur performance économique et environnementale et l’export. Ces échanges ont permis aux représentants des PME et ETI de soulever plusieurs points comme celui de la simplification des procédures, la surrèglementation française ou encore l’accompagnement des PME dans les changements réglementaires et technologiques…..

 

Les parlementaires présents ont entendu les différents représentants des PME et ETI et des solutions à mettre en œuvre ont été évoquées comme :

 

  • La mise en place d’un guichet unique sur les territoires, accélérateur de projets ;
  • L’amélioration de la loi EGAlim avec un travail sur les promotions en corrigeant le seuil de 34% ;
  • La proposition de création d’un fond de soutien pour encourager les conversions au bio à gérer collectivement avec l’état et la grande distribution ;
  • Repenser l’accompagnement des PME alimentaires à l’international pour développer et dynamiser l’export.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un rendez-vous très apprécié par l’ensemble des participants pour la richesse et sincérité des débats.