[Tendance] Interview : Cédric Auriol, président de Micronutris

Chaque mois, le service Recherche-Innovation de l’ANIA expose une nouvelle tendance en matière d’innovation. En avril, découvrez l’interview de Cédric Auriol, président de Micronutris, 1er élevage français d’insectes pour l’alimentation humaine.

Restez informé ! Choisissez votre newsletter


Auteur

Devarneil Palama

Devarneil Palama

Chargée de mission Recherche & Innovation

Au sein de l’Ania, Devarneil PALAMA participe à la gestion de projet de Recherche et d’Innovation alimentaire à l’échelle nationale et européenne. Elle veille à répondre aux problématiques industrielles et au transfert des nouvelles connaissances par la vulgarisation des résultats des travaux menés.

 

Ingénieur agroalimentaire, elle se spécialise en Management du Risque Sanitaire Alimentaire et Environnemental.

Tous les articles

 

Créé en 2011, Micronutris est le 1er élevage français d’insectes pour l’alimentation humaine, et le 1er élevage opérationnel en Europe. Cédric AURIOL, président de Micronutris nous parle de cette tendance : les insectes comestibles.

Eleveur d’insectes comestibles : un métier nouveau ?

La spécificité de Micronutris est de regrouper 3 métiers différents. Nous sommes éleveurs d’insectes mais nous transformons également nos insectes en matière première agro-alimentaire et nous assurons le développement de nouveaux produits. Nous sommes donc présents sur toute la chaîne de valeur, depuis l’élevage jusqu’au produit fini.

 

Les enjeux dans l’élevage d’insectes comestibles sont comparables aux autres productions animales. Il faut veiller aux intrants qui doivent être adaptés au métabolisme des insectes, et ne pas entraîner de risque pour leur consommation future. Micronutris nourrit ses insectes avec une alimentation Bio, sans  pesticide ni métaux lourds. Le matériel utilisé mérite également une attention particulière tel que : les contenants et les produits d’hygiène. Nous avons mis en place une démarche HACCP en nous inspirant des bonnes pratiques connues dans des domaines comparables comme l’élevage d’escargots ou la transformation de crustacés.

 

Par exemple, nos insectes subissent une phase de jeune de 24h, pour vider leur tube digestif qui se vide en 12h selon les données scientifiques. En tant que pionniers dans l’élevage d’insectes comestibles, nous avons donc mis en place une démarche qualité basée sur notre expertise technique et validée par une certification ISO 22000 (première mondiale dans la filière).

Les français sont-ils friands d’insectes ?

Depuis 2011, nous proposons des dégustations par le bais d’évènements en France. Et nous constatons depuis 5 ans une évolution dans la connaissance des insectes comestibles. Selon nos enquêtes : 40% des français en ont entendu parler et ont un avis positif, 40% n’ont pas d’avis sur la question. Il reste alors 20% de réfractaires, ce qui est assez proche des chiffres pour la consommation d’huitres ou d’escargots.

 

Pour le moment nos principaux clients sont en France et dans les pays francophones. Nous utilisons 3 canaux distincts pour leur commercialisation: la distribution spécialisé en épicerie fine et magasin Bio, la vente directe aux professionnels des métiers de bouche et le vente en ligne via notre site web et les réseaux sociaux : 30 000 personnes interagissent dans notre communauté !

 

Nous souhaitons nous tourner très prochainement vers d’autres marchés en Europe et Amérique du nord. La démarche d’export de nos produits est en cours. Etonnamment c’est presque plus simple d’être présent sur le marché américain car l’aspect réglementaire est plus clair. Notre certification ISO 22 000 nous apporte aussi une visibilité internationale sur la qualité de nos produits.

Pour quelles raisons devrions-nous consommer des insectes ?

Il y a 2 intérêts majeurs à consommer des insectes. Le premier est le caractère durable de leur production. La production d’insectes nécessite peu de ressources et génère peu de déchets. Le second est la qualité nutritionnelle. Les insectes sont riches en protéines, acides aminés essentiels, minéraux et acides gras insaturés. Chez Micronutris, nous avons mis au point une méthode d’alimentation des insectes permettant d’obtenir une amélioration du rapport oméga 6 / oméga 3.

 

Sur le terrain les consommateurs vont être sensibles aux qualités nutritionnelles et à une offre alternative aux protéines animales dites conventionnelles. Le goût n’est pas un facteur notable dans la consommation des insectes, car il est subtil. C’est la manière de les cuisiner, qui va influencer leur goût.

 

La consommation d’insectes entiers rend la dégustation ludique et originale. C’est une expérience à vivre pour certains mais elle reste occasionnelle. Notre volonté est d’offrir des produits du quotidien tels que : des pâtes, des biscuits, des barres énergétiques à venir. Nous souhaitons proposer l’insecte en tant que produit de consommation plus régulière.

Comment gérez-vous la règlementation encore en construction ?

Nous avons fait le choix d’être proactif en allant vers la certification ISO 22000 par exemple. En parallèle, nous sommes actifs au niveau des institutions règlementaires pour s’assurer d’une évolution productive du Règlement.

 

Dans l’ancien Règlement Novel Food, les insectes n’étaient pas clairement définis comme Aliments Nouveaux. Le nouveau Règlement sera en application en Janvier 2018. Nous utilisons des espèces très classiques qui pourraient être sur une liste positive, nous le saurons dans les mois à venir.

 

La mise en place d’un cadre règlementaire est très positive pour nous. Car sur le marché français, il y a aujourd’hui des dizaines d’opérateurs non-contrôlés avec des productions qui ne sont pas traçables. C’est donc bénéfique pour nous qui avons placé la qualité au cœur de nos process, c’est un avantage concurrentiel !

Quel a été votre parcours dans la création de votre entreprise ?

Je suis entrepreneur depuis une dizaine d’années, et en 2011 j’ai eu la volonté de créer une activité novatrice en matière de développement durable. C’est alors que je suis tombé sur le rapport de la FAO qui préconisait la consommation d’insectes comestibles : ça a fait sens à mon objectif.

 

Ma première démarche a été de recruter deux ressources clé pour le développement de ce projet : un docteur en entomologie et un ingénieur agroalimentaire. Je me suis ensuite tourner vers MADEELI, Agri Sud-Ouest Innovation et l’ARIA pour m’insérer dans l’écosystème agroalimentaire. Je me suis également rapprocher d’écoles d’ingénieur et d’universités. Au niveau financier je me suis principalement appuyé sur mes fonds propres et sur le financement participatif avec WiSEED et Good Founders. Pour les travaux de Recherche et Développement stratégiques j’ai privilégié un travail en interne.

Quels sont les enjeux pour un entrepreneur en France ?

La France a des atouts en matière de création d’entreprise. Pour ma part, proche de Toulouse, au niveau régional il y a un écosystème agroalimentaire dynamique idéal pour des partenariats, avec des structures comme MADEELI, Agri Sud-Ouest Innovation et l’ARIA  pour nous accompagner. De plus, le crédit impôt recherche permet de réduire les frais de Recherche de 30%.

 

Nous sommes toujours en recherche de partenaires industriels et nous allons lancer une nouvelle levée de fond dans les prochains mois.

 Pour plus d’informations : www.micronutris.com