La blockchain : un impératif pour la transparence et la traçabilité du parcours produit ?

Retours d’expérience des entreprises Ingredia et Mondelez International avec Connecting Food. Interviews de Cécile Doinel, coordinatrice européenne de la qualité du Programme Harmony, Mondelez International et Alessandra Bonacasa Directeur commercial et marketing – FMCG, Directrice Commerciale et Marketing d’Ingredia. Par François Gorga, directrice Prospective Innovation

Restez informé ! Choisissez votre newsletter


Auteur

ANIA

ANIA

Redacteur

Ceci est notre biographie

Tous les articles

Retour d’expérience de Cécile Doinel, coordinatrice européenne de la qualité du programme Harmony, Mondelez International

 

Présentez-nous votre projet utilisant la technologie blockchain.

 

Nous sommes très engagés en faveur de la transparence, la production locale et la durabilité.

Lancé en 2008, le programme Harmony encourage une agriculture responsable, respectueuse de l’environnement et qui contribue à préserver les ressources naturelles dans les champs de blé, en conciliant à la fois productivité et respect des sols, de l’eau, et de la biodiversité.

 

Alors que la crise sanitaire a amplifié les aspirations des Français envers plus de local, de transparence et de responsabilité, la marque LU s’engage pour permettre aux amateurs de l’iconique Véritable Petit Beurre de suivre toute la chaine d’approvisionnement du blé durable cultivé selon la charte Harmony, des champs jusqu’au paquet de biscuits, grâce à une technologie innovante et inédite en France sur le marché des biscuits : la blockchain.

 

Il s’agit de la première blockchain appliquée à une marque de biscuit.

 

Au dos de tous les paquets de biscuits Véritable Petit Beurre format 400gr, se trouve un QR code. Il suffit de le scanner avec votre smartphone, et entrer le numéro de lot indiqué également à l’arrière du paquet.

 

Vous accédez ensuite directement à la web-app Connecting Food qui retrace tout le parcours du blé cultivé selon la Charte Harmony :

 

Les champs de blé :

 

il est possible de zoomer sur une carte pour consulter la localisation des exploitations agricoles, entre Loire Atlantique et nord de la région Aquitaine.

 

Les agriculteurs :

 

vous accédez aux portraits d’agriculteurs du programme Harmony qui ont cultivé ce blé.

 

Les moulins :

 

vous découvrez ensuite la transformation du blé en farine, les témoignages des meuniers, la localisation des moulins et la date de fabrication.

 

Le lieu et la date de fabrication dans l’usine emblématique de LU à La Haye Fouassière près de Nantes.

 

Quand vous avez décidé de mettre en place cette initiative, aviez-vous prévu d’utiliser la blockchain ou est-ce que la technologie s’est imposée d’elle-même ?

 

Nous avons mis en place ce projet de transparence avec, dès le départ, la volonté d’utiliser la technologie blockchain.

 

Elle renforce le lien de confiance avec les consommateurs, car cette technologie assure que toutes les informations communiquées au consommateur sont 100% vérifiées et sécurisées, des champs jusqu’à l’usine. Les données sont stockées sur une plateforme décentralisée et ne transitent donc pas par Mondelez.

 

C’est ainsi une vraie responsabilité que nous prenons pour apporter les preuves que les promesses que nous faisons sur nos produits sont bien respectées.

 

Vous avez travaillé avec un expert de la blockchain pour mettre en œuvre votre projet. Quel a été son rôle / sa valeur ajoutée dans le projet ?

Nous avons choisi Connecting Food, une jeune entreprise française qui avait déjà fait ses preuves dans la mise en place de projets de traçabilité par la blockchain. Notre filière d’approvisionnement du blé jusqu’à notre usine est complexe et matricielle.

 

Nous travaillons avec 4 organismes stockeurs, 2 meuniers, 1 usine.

 

Les degrés de digitalisation de leur traçabilité n’étaient pas équivalents. Nous avons choisi Connecting Food parce qu’ils connaissent très bien l’organisation et le fonctionnement de filières telle que le blé.

Forts de leur expérience terrain, ils ont pu parfaitement et efficacement appréhender notre système d’approvisionnement en adoptant un langage juste et efficace avec nos acteurs.

 

Leur approche agile et pragmatique a été aussi un facteur de succès pour ce projet qui a pu être mis en place en moins de 10 mois !

 

Que diriez-vous à une entreprise agroalimentaire potentiellement intéressée par cette technologie ?

Nous sommes convaincus que la traçabilité et la transparence sont 2 valeurs essentielles à promouvoir et elles seront de plus en plus exigées par les consommateurs. La blockchain est un moyen innovant d’y répondre de manière puissante.

 

Il est important d’être accompagné d’un partenaire expert car la mise en place de cette technologie requiert de savoir rapidement appréhender les systèmes de traçabilité des acteurs du projet.

 

Il est aussi essentiel d’avoir correctement défini les attendus d’un tel projet car la connection de l’aval (données attendues par les consommateurs) à l’amont (disponibilité de ces données dans la chaîne de traçabilité) peut s’avérer complexe.

 

Plus il y aura d’acteurs qui mettrons en place cette technologie, plus il sera facile à d’autres acteurs de s’y connecter, créant ainsi un réseau de traçabilité infalsifiable et inaltérable au service des attentes croissantes des consommateurs pour plus de responsabilités de la part des entreprises.

Par Françoise Gorga, directrice Prospective & Innovation de l’ANIA

 

 

Retour d’expérience d’Alessandra Bonacasa, Directrice Commerciale et Marketing d’Ingredia 

Ingrédia

 

Présentez-nous votre projet utilisant la technologie Blockchain.

 

En 2017, le groupe Prospérité Fermière Ingredia met en place sa politique RSE appelée Via Lacta. Le groupe est alors le premier de la filière laitière à collecter un lait issu d’un cahier des charges écoresponsable, appelé «lait à l’herbe Via Lacta».

 

Dans une démarche qui se veut innovative pour la filière lait, le groupe trouve dans la technologie blockchain et dans l’approche spécialisée dans l’agroalimentaire proposée par Connecting Food, l’opportunité pour développer un projet pionnier permettant de relier virtuellement le consommateur au producteur de lait en le renseignant sur les caractéristiques de la collecte, d’ »un simple scan » sur le QR code imprimé sur la bouteille.

 

Quand vous avez décidé de mettre en place cette initiative, aviez-vous prévu d’utiliser la blockchain ou est-ce que la technologie s’est imposée d’elle-même ?

 

 

L’initiative de ce projet est née de la rencontre de notre Responsable IT avec la société Connecting Food lors d’un salon sur les technologies digitales.

 

Les compétences spécifiques du monde agroalimentaire de Connecting Food ainsi que leur maîtrise de la technologie blockchain ont été les éléments déclencheurs de notre intérêt en répondant à notre ambition de parvenir à innover sur une filière traditionnelle telle que celle du lait.

 

Vous avez travaillé avec un expert de la blockchain pour mettre en œuvre votre projet. Quel a été son rôle / sa valeur ajoutée dans le projet ?

 

Nous avons choisi de travailler avec Connecting Food (CF) pour leur expertise spécifique dans le déploiement de la blockchain au monde agroalimentaire et pour leur esprit « pionnier » et partenarial « gagnant-gagnant », en pleine adéquation avec l’esprit qui anime la mise en place de la démarche RSE dans notre groupe.

 

Nous leur avons lancé le défi d’appliquer la technologie blockchain dans le contexte de filière qui caractérise notre métier du lait, un défi qu’ils ont relevé avec enthousiasme, – forts de leurs compétences techniques et pointues.

 

Enfin, notre choix s’est orienté sur Connecting Food pour son module LiveAudit qui permet de digitaliser, auditer et certifier EN TEMPS REEL le cahier des charges de notre lait UHT, un avantage compétitif qui a été décisif pour notre choix.

 

Que diriez-vous à une entreprise agroalimentaire potentiellement intéressée par cette technologie ?

Suite aux différentes crises sanitaires dont la pandémie en cours, les consommateurs sont toujours plus méfiants envers l’industrie et notamment l’industrie agroalimentaire qui contribue à leur alimentation et constitue de ce fait la base de leur bien-être.

 

La transparence et la traçabilité ne constituent plus un choix mais sont devenues un IMPERATIF pour retenir l’adhésion et déclencher le choix des consommateurs.

La blockchain est une technologie qui permet aujourd’hui une traçabilité complète, certifiée et inaltérable.

 

La blockchain est sans aucun doute le meilleur outil pour répondre aux demandes et aux exigences croissantes des consommateurs, avec une accessibilité simple telle que le QR code.

Par Françoise Gorga, directrice Prospective & Innovation de l’ANIA