LA RECOMMANDATION 2016 DU THINK TANK LES ECHOS DEDIE A L’AGROALIMENTAIRE

Edition 2016 du Think Tank Les Echos: la compétitivité des filières agroalimentaires, les premiers constats.

Restez informé ! Choisissez votre newsletter


Auteur

Stéphane Dahmani

Stéphane Dahmani

Directeur Economie

Au sein du département économie et compétitivité, Stéphane DAHMANI suit les dossiers relatifs à l’économie et la compétitivité du secteur agroalimentaire.

Son rôle est de représenter l’ANIA dans différentes instances (MEDEF…) et auprès des Pouvoirs Publics et d’apporter son expertise aux commissions, groupes de travail et services de l’ANIA. Ses principales fonctions sont d’assurer le suivi d’indicateurs économiques et de panel et la production d’une veille sur le secteur agroalimentaire. Il participe également à la rédaction de notes de conjoncture, de positions et d’argumentaires sur le secteur, dont il assure la synthèse et la diffusion auprès de nos différents adhérents (fédérations, entreprises).

Auparavant il était Economiste pendant 5 ans à la Direction Générale du Trésor. Il a notamment eu en charge, pendant 4 ans, la réalisation de prévisions macroéconomiques (Inflation, Consommation des ménages et Croissance) au sein du service des Politiques macroéconomiques et des affaires européennes (SPMAE) de Bercy. Plus récemment, il était le responsable du suivi des entreprises françaises (situation économique et financière) et rapporteur au sein de l’Observatoire du financement des entreprises, auprès de la Médiation du crédit.

Tous les articles

Un Think Tank dédié à l'agroalimentaire

En 2015,  Les Echos Events  en collaboration avec Olivier Dauvers journaliste, et la rédaction des Echos ont mis sur pied un Think Tank dédié au secteur de l’agroalimentaire. Le Think Tank a été composé en réunissant des acteurs agricoles, industriels ou commerciaux et des observateurs avisés de la filière alimentaire, chacun reconnu pour son expertise.

 

Ce Think Tank a pour objectif de proposer des contributions concrètes sur le sujet de la compétitivité de l’agroalimentaire.  En 2015, les recommandations du Think Tank ont abordé la thématique de la compétitivité de la filière alimentaire française. Une compétitivité dans toutes ses dimensions : économique, environnementale, qualitative, sociétale.

 

Suite à cette 1ère édition et face à la crise du monde agricole,  les membres du Think Tank ont décidé collectivement d’axer leur réflexion 2016 autour de :

 

– LA COMPETITIVITE DES FILIERES AGROALIMENTAIRES – 

 

Le Think Tank a élaboré un total de 26 propositions concrètes et opérationnelles visant à répondre à 5 questions concrètes :

  1. Comment améliorer l’efficience économique de l’exploitation agricole et de l’industrie agroalimentaire ?
  2. Comment développer la compétitivité par l’offre ?
  3. Comment donner plus de valeur à l’offre « France »
  4. Comment digitaliser la filière agroalimentaire ?
  5. Quels outils de régulation au service de la compétitivité ?

Constats

  1. L’agroalimentaire, de formidables atouts: un patrimoine gastronomique avec une image qui s’exporte partout sur la planète

 

  1. Perte de compétitivité est observée depuis quelques années malgré ces atouts due notamment à une lourdeur de l’Etat qui pèse sur l’ensemble du secteur : en 1973, l’État prélevait 25 % de la valeur ajoutée créée dans le pays. Aujourd’hui, c’est près de 58 % de la valeur

 

  1. Détérioration de la situation économique du secteur, conséquence direct de la guerre des prix menée par la grande distribution. Avec notamment une baisse de capacité d’investissement pour les entreprises : depuis 3 ans, les entreprises investissent 8% de leur valeur ajoutée de l’année, contre 31% avant ; ainsi qu’une augmentation de défaillances d’entreprises : en 2014, on en comptabilisait 350 avec une disparition effective de 3 000 à 5 000 emplois.

 

  1. La France est économiquement pénalisée par des contraintes fiscales, environnementales et sociales

 

  1. L’innovation est un enjeu de compétitivité important pour la filière : les consommateurs sont de plus en plus exigeants. Le secteur agroalimentaire est plus que jamais à l’écoute du consommateur avec par exemples des initiatives comme le lancement de portes ouvertes dans les usines du secteur, ou encore par le lancement d’une grande consultation citoyenne par le biais de l’ANIA.

 

  1. Le digitale au service du consommateur dans l’industrie alimentaire : donne la possibilité de fluidifier et d’être plus transparent dans les échanges, et permet notamment de valoriser l’offre proposée au consommateur (informations complémentaires sans limites liées au conditionnement)

Des entreprises agroalimentaires mises à l'honneur

Parmi les 11 bonnes pratiques d’entreprises mises en avant par le Think Tank, nous retrouvons deux figures emblématiques du secteur agroalimentaire:

 

KRONEMBOURG, pour sa capacité à innover face à une nouvelle cible

 

FLEURY MICHON, pour avoir réussi à convaincre le consommateur de se réconcilier avec le surimi, en étant transparent tout au long de la chaîne de valeur

 

 

 

Pour consulter la recommandation du Think Tank, cliquez ici