[Note] Innovation, un enjeu de compétitivité pour l’IAA

L’innovation représente un enjeu de compétitivité réel pour les entreprises agroalimentaires.

Restez informé ! Choisissez votre newsletter


Auteur

Stéphane Dahmani

Stéphane Dahmani

Directeur Economie

Au sein du département économie et compétitivité, Stéphane DAHMANI suit les dossiers relatifs à l’économie et la compétitivité du secteur agroalimentaire.

Son rôle est de représenter l’ANIA dans différentes instances (MEDEF…) et auprès des Pouvoirs Publics et d’apporter son expertise aux commissions, groupes de travail et services de l’ANIA. Ses principales fonctions sont d’assurer le suivi d’indicateurs économiques et de panel et la production d’une veille sur le secteur agroalimentaire. Il participe également à la rédaction de notes de conjoncture, de positions et d’argumentaires sur le secteur, dont il assure la synthèse et la diffusion auprès de nos différents adhérents (fédérations, entreprises).

Auparavant il était Economiste pendant 5 ans à la Direction Générale du Trésor. Il a notamment eu en charge, pendant 4 ans, la réalisation de prévisions macroéconomiques (Inflation, Consommation des ménages et Croissance) au sein du service des Politiques macroéconomiques et des affaires européennes (SPMAE) de Bercy. Plus récemment, il était le responsable du suivi des entreprises françaises (situation économique et financière) et rapporteur au sein de l’Observatoire du financement des entreprises, auprès de la Médiation du crédit.

Tous les articles

 

Le secteur agroalimentaire, avec plus de 18 % du chiffre d’affaires industriel, 16 % de sa valeur ajoutée et près de 450 000 emplois est un fondamental pour l’économie française dans son ensemble.

 

Il est soumis à des défis importants concernant sa compétitivité, qui subit une érosion tendancielle depuis plusieurs années (la France est devenue le 6ème pays exportateur de produits agricoles et agroalimentaires en 2015 alors qu’elle était en 2ème position en 1990).

 

Sur la période la plus récente, en dépit de politiques économiques favorables au redressement des marges (CICE, Pacte de responsabilité), la compétitivité prix du secteur peine à se redresser de manière significative.

 

Dans ce contexte, la compétitivité hors-prix, qui dépend notamment de la capacité d’innovation et de la qualité des produits vendus, joue un rôle prépondérant dans la capacité d’un pays à vendre ses produits à l’étranger. A cet égard, l’industrie alimentaire, démontre au fil des années une volonté assumée de modernisation, qui vient nourrir de nouveaux débouchés à l’export. Elle sert donc, à ce titre de locomotive au reste de l’industrie.